Un bon cours de français (2)

Publié le par Sun qing ya

Lors de l’énonciation de la règle au tableau, soyons clairs, il faut aussi bien utiliser l'espace sur le tableau et se servir de différentes couleurs pour mettre en évidence les points importants. Le tableau et les stylos/craies de couleurs, avec notre voix, sont les outils de travail les plus précieux dans une classe, utilisons-les à bon escient.


Donnons des exemples, pas seulement un ou deux. Regardons dans le dictionnaire et dans plusieurs livres de grammaire et autres manuels s’il le faut, mais donnons des exemples qui vont interpeller les étudiants (avec des mots connus, des repères culturels connus, utilisons le prénom de nos étudiants, leurs hobbies, leur travail, ils se sentiront plus concernés). Les exemples servent à démontrer/illustrer une règle nouvelle parfois complexe, ce n’est pas la peine d’y ajouter un vocabulaire difficile qui rendra la tâche de l’apprenant trop lourde. Soyons conscients de nos tâches, de nos buts et des différentes étapes à franchir pour l'apprenant.

 

 

Faisons-les pratiquer de façon systématique, la répétition est le maître mot de l’apprentissage (que ce soit une langue, un instrument de musique, une danse, un art… il faut pratiquer et répéter les mêmes gestes, les mêmes mots, avant de se sentir assez à l’aise pour improviser). Ma prof de danse me répète souvent : « d’abord les règles et quand tu seras prête, tu n’auras plus besoin d’y penser, elles seront automatiques et tu pourras faire ce que tu veux, trouver l’essence de ta danse ». C’est exactement la même chose avec le français.

 

Ensuite, d’après moi, en ce qui concerne les exercices de systématisation, s’ils doivent être d’abord pratiqués par écrit, ils peuvent aussi être pratiqués à l’oral par 2. Evitons de demander aux étudiants de construire leurs propres phrases tout se suite, proposons-leur d'abord une fiche de questions pour les guider. Ils pourront imaginer quand certains mécanismes se seront mis en place, c'est la dernière étape, celle de la production orale en groupe et jeux de rôles.


L’apprenant est donc au centre de l’apprentissage : deux ou trois étudiants travaillent ensemble, ils se posent des questions et y répondent sous la surveillance et l’écoute du prof qui ne peut pas tout corriger puisqu’il passe dans les rangs, c’est le moment où les apprenants peuvent se corriger entre-eux. A la fin de l’exercice oral, le prof peut faire une mise en commun au tableau par écrit, une correction globale. (Je n’ai pas toujours le temps de corriger au tableau, dans ce cas, je leur demande de faire le travail en DM et je relève).

 

(suite...)

Publié dans L'enseignement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Agnes 13/12/2009 10:29



 


Quoi ?? Je reve..?
Tu es passee toute seule de l'autre cote de la barriere, bravo.
Bises
Bonne continuation petite soeur