Un texte magnifique sur l' enseignement

Publié le par Sonia

L'enseignement, ma mission d'Ange

La cloche vient tout juste de sonner et déjà 15 élèves sont
autour de moi. Ils ont tous et toutes quelque chose de très
important à me dire. Je respire et je les écoute un à la fois
et les aide à régler leur problème. Souvent, ils n'en ont pas,
ils ont tout simplement le goût de partager un événement
avec moi. Un enfant me donne un billet de sa mère.
Je vais la rappeler pendant ma pause.

Je dois laisser mes propres problèmes à la maison
mais j'apporte régulièrement ceux de l'école
chez moi. Parfois j'ai de la difficulté à m'endormir
parce que je n'ai pas encore trouvé de solution
au problème d'un enfant.

Caroline va-t-elle avoir déjeuné demain matin?
Réussir à se concentrer lorsque les borborygmes
stomacaux (gargouillis) résonnent dans son
estomac est une tâche ardue pour elle.
Je me fais une provision discrète de collations
dans ma garde-robe de classe.

Je dois traiter l'affectif avant que j'ose espérer
que quelque chose pourra s'enraciner dans leur

petite tête d'enfant.

Jessica est arrivée les yeux bouffis, ce matin.
Avant le départ pour l'école, elle a été témoin
d'une scène violente entre sa mère et son
nouveau copain. Je dois absolument trouver
un p'tit moment à lui accorder pour lui permettre
d'évacuer ce trop plein d'émotions qu'elle ne
comprend même pas. Elle se voit mêlée indirectement
à des histoires d'adultes qu'elle doit gérer
dans son p'tit cœur d'enfant.

La semaine dernière, c'était Carl qui en avait
gros sur la patate. Il s'appropriait l'échec
conjugal de ses parents. Il n'était pas capable
de faire son problème de maths, il jonglait, les
yeux dans l'eau, avec l'hypothèse évidente
d'avoir bientôt deux maisons et des moments
pénibles à vivre.

Et que dire de Kathy, qui au début de l'année,
ressemblait à une boule de colère, toujours
prête à exploser à la moindre occasion.
Elle en a fait du chemin cette petite…

Tiens, un nouvel élève! Bienvenue mon ami.
Une p'tite boule de plus à aimer. Bon, où vais-je
mettre son pupitre? Je réaménage donc ma classe
pour que ce trentième bureau entre.
" Tu as besoin de manuels, je vais aller t'en
chercher dans l'armoire en bas. Ton cahier
d'exercices? Je vais demander à la secrétaire
de t'en commander un, je te photocopierai les
pages en attendant. Pendant la récré, je te ferai
visiter ton école pour que tu t'y retrouves. "

Pascal est absent aujourd'hui, sa mère vient
d'appeler à l'école. Je comprends mieux pourquoi
il se grattait tant la tête hier…
Juste à y penser, j'ai le cuir chevelu qui me démange.

Je répète ENCORE la même consigne,
c'est un record cette fois-ci!

Je dois me rendre aussi intéressante qu'une émission
de télévision, un CDrom ou un jeu vidéo si je veux
garder leur attention. Je dois créer une atmosphère
calme et disciplinée propice à l'apprentissage, trouver
un milieu entre la fermeté et l'humour.

Je jongle avec les exercices de rattrapage et
les activités d'enrichissement car ils ne sont
pas tous rendus à la même case.

Vais-je avoir le temps de passer toute ma matière
cette semaine? Les programmes sont tellement chargés,
je ne peux quand même pas faire du " bourrage de crânes ",
ça ne donne rien; quand l'éponge est pleine,
il n'y a aucune façon d'ajouter une goutte de plus,
elle roulera sur l'éponge sans y entrer.
Ce n'est ni efficace ni humain.

J'ai un métier riche en rebondissements et très coloré.
Il y a des jours où je me transforme en facteur
qui distribue une grande quantité de papiers
qui n'ont rien à voir avec mes cours. D'autres jours,
je suis une infirmière qui réconforte son
p'tit malade et qui saupoudre une poudre verte sur
ce qui est sorti de lui sans qu'il le veuille.
Le lendemain, je suis une comptable qui ramasse
les sous pour la future sortie éducative.
Oups! J'ai oublié de vérifier si les autobus
ont bien été réservés.
À tous les jours, je me déguise en arbitre et en policière.
Lorsque je surveille à la récréation les 250
élèves de l'école, il y en a des conflits à régler.
Parfois, je dois même donner des "contraventions"
pour assurer la sécurité des autres enfants.
C'est une pause où je n'ai pas vraiment le
temps de me reposer.
En janvier, j'ai reçu un ballon de soccer en plein
visage, botté par Patrice. Laissez-moi vous dire
qu'à -28 degrés Celsius, j'en ai vu des étoiles
car à cette température, un ballon de soccer
c'est rigide en bibitte!

Jean-Francis n'a pas fait signer ses feuilles...ENCORE !

C'est vrai, j'étais en train d'oublier d'appeler
la mère de Justine… où avais-je la tête?
Pendant toute la récréation, je justifie l'intervention
que j'ai faite avec sa fille il y a trois jours
de cela, dans le corridor. Elle me dit qu'elle n'est
pas d'accord avec mes procédures, que sa petite
chérie était tout à l'envers.
Quand j'étais petite, mes parents appuyaient
toujours mes professeurs(es)… Les temps changent.

Après les cours, je passerai à la pharmacie
pour me procurer des vitamines et de la gelée royale.
Je n'ai pas le droit d'avoir les yeux en trou de suce
parce que je suis fatiguée. Mes trente enfants
ont besoin de mes sourires et de ma bonne humeur
pour apprendre efficacement.

Cette semaine, je ne dois pas oublier de prendre
en note les comportements de Pierre-Paul.
La semaine prochaine, j'aurai une réunion
avec ses parents, le psychologue de la C.S.,
la directrice, le psychoéducateur et la
travailleuse sociale. Je devrai tracer un
portrait comportemental fidèle afin que notre équipe
puisse lui fournir une aide appropriée.
Cette journée-là, j'apporterai mon surplus de
correction à la maison (comme je le fais souvent),
car cette réunion se tiendra pendant ma période
" libre " que j'aurais normalement utilisée à cette fin.

Hier soir, j'ai commencé ma cédule pour ma rencontre
de parents. Ils viennent presque tous,
j'en suis bien contente.
Donc, un parent aux dix minutes multiplié par 28 ...
Hummm, ma journée sera passablement longue mercredi.

Je vais arriver plus tôt demain pour faire des photocopies.
J'espère que la photocopieuse ne bloquera pas encore,
je crois qu'elle ne m'aime pas...

"Madame Lucie, Madame Lucie, Madame Lucie,
Madame Lucie, Madame Lucie, Lucie,
Madame Lucie, Madame Lucie, Madame Lucie,
Madame Lucie, Madame Lucie, Lucie,
Madame Lucie, Madame Lucie, Madame Lucie,
Madame Lucie, Madame Lucie, Lucie,
Parfois, j'aurais le goût de changer de prénom
pour faire changement. Hi! Hi! Hi!

En arrivant chez moi, je tombe dans les devoirs
de ma propre fille, pour me changer un peu les idées…
Ha oui!, j'ai une réunion du Conseil d'Établissement
ce soir à 19 heures. Je ne rentrerai probablement pas
avant 22 heures.
Heureusement que je me suis avancée dans ma planification
chez moi en fin de semaine. Si je n'ai pas suffisamment
de contenu pour les occuper de façon constructive
toute la journée, ce sont eux qui vont m'occuper…

Une nouvelle nouvelle réforme.
Parfait, j'adore les changements. Par où je commence?
Planification et construction d'ateliers, décodage d'un nouveau vocabulaire,
formation sur les projets, sur les compétences transversales, sur le portfolio...
comment évalue-t-on ça une compétence transversale?
Construction de nouveaux bulletins,
tout un travail d'équipe... si l'équipe peut finir
par s'entendre.
De moins en moins de cahiers d'exercice$,
de plus en plus de projets d'écriture.
Pendant que j'y pense, je dois avertir mon conjoint
de ne rien prévoir pour moi en fin de semaine.
Mes élèves ont terminé leur production écrite...

Je me demande si je vais devoir changer d'école ou de
niveau l'an prochain, avec tout ce que ça comporte.
Ils annoncent encore une baisse du nombre d'inscriptions.
S'il y a moins d'inscriptions, pourquoi y a-t-il
tant d'élèves dans une classe?
À la fin du mois, je vais assister à une conférence
sur la gestion des émotions. Nous n'avons jamais
trop d'outils. Ma collègue Isabelle s'est inscrite
dans un cours du soir en informatique.
Cette nouvelle matière étant maintenant au programme,
elle désire être à la hauteur devant ses élèves.

Charlot s'est fait tabasser hier, après l'école et
il a peur de retourner chez lui ce soir.
Je donne du travail à mes 29 autres, je vais
chercher les deux élèves en question dans l'autre
classe et je leur permets de régler leur conflit
ensemble en discutant sur le bord de ma porte.
Je ne m'éloigne pas car je dois m'assurer que
Patrice ne transformera pas la classe en zoo pendant
mon absence.

En début d'année, ils ont intégré un enfant dans ma
classe avec un trouble de comportement grave.
C'est une "cote 14" dans leur jargon. Ils m'ont
dit de ne pas m'inquiéter, que j'aurais beaucoup
de soutien... je l'attends encore. À vrai dire,
je n'y crois plus vraiment.
Il y a encore des coupures dans les services.
Je ne sais plus comment le prendre mon cher Patrice.
Il y a des jours où je suis tellement découragée,
où je me sens vraiment seule.
Le temps que je passe pour le calmer, je n'enseigne pas.
Parfois, je me demande même si je vais réussir
à passer l'année...

Deux autres de mes collègues qui enseignent dans
une autre école sont en burn-out. Elles tombent
toutes comme des mouches, une à une.
Mais qu'est-ce qui se passe?

L'enseignement, c'est une vocation combien engageante
émotivement mais combien enrichissante!
C'est le plus beau métier du monde et un des
plus exigeants. L'investissement émotif et affectif
décharge rapidement nos piles biologiques. Ce qui
les recharge c'est le pétillement dans les yeux des enfants
lorsqu'ils ont compris, c'est un petit message qu'ils te
glissent dans la main le sourire fendu jusqu'aux oreilles, ce
sont les clins d'œil quotidiens que tu partages avec chacun
d'eux et c'est surtout la satisfaction qu'avec toi, ils ont
grandi un peu plus.

Ce métier m'a fait grandir intérieurement, vous ne
pouvez savoir à quel point et ce n'est jamais terminé.
J'ai développé ma patience, l'adaptabilité, la psychologie,
l'empathie, la dévotion, l'attachement, le contrôle
des émotions, la justesse des mots, l'écoute
active et bien plus.

JE NE COMPTE PAS LES MINUTES,
JE LES INVESTIS.

Lucie St-Gelais



http://www.csenergie.qc.ca/st-sauveur/lucie/MesTextes/EnseignementMission.html

Publié dans L'enseignement

Commenter cet article

John 19/04/2007 11:53

un beau petit village pres de chez moi, as- tu eu le temps de regarde sont site web
 
John

Françoise 17/04/2007 10:13

Tout est dit dans ce texte...d'origine québécoise..oui...Tout y est beau et vrai... l'amour du métier, c'est ça !!
PS As tu récupéré ton petit paquet, Sonia ?

jack 16/04/2007 19:41

biensur , ma puce je les lu au moins 3 fois et je le redit tres tres beau et je me   dit que ce metier s'en amour n'est rien alors donne toi a fond  , la vie est passionnante  n'en perd pas une seconde  car chacune d'elles est un cadeaux!!! au fait tu a le donjours d'isa la soeur a pascal!!! bizouuuu

sonia 16/04/2007 17:52

Maman...j'espère que tu as remarqué que le texte n'est pas de moi, mais d'une dame qui s'appelle Lucie St-Gelais!D'ailleurs, cette personne doit être originaire du Québec car il y a quelques expressions qui me font penser à mon ami Su Khang.BisesSonia

jack 16/04/2007 17:09

tres tres beau texte je suis si fiere de toi ma fille